Philippe Bohn s’exprime sur les nouveaux enjeux de la compagnie Air Sénégal

Philippe Bohn s’exprime sur les nouveaux enjeux de la compagnie Air Sénégal

20 November 2018 0 By admin7168

Le nouveau directeur de la compagnie aérienne Air Sénégal SA, Philippe Bohn, a été nommé par le président sénégalais Macky Sall lui-même. Philippe Bohn a commencé sa carrière par un véritable coup de coeur pour le continent africain. L’Afrique a joué un rôle déterminant tout au long de sa vie puisqu’il a été à de nombreuses occasions, au cours de sa carrière professionnelle, chargé de tisser des liens entre l’Afrique et la France.

Au niveau international, il est considéré comme un homme d’influence. Il a d’ailleurs défini son métier, dans un livre paru en 2018 intitulé « Profession : agent d’influence ». Ce récit a été l’occasion pour lui de revenir sur son parcours au cours duquel il a conseillé des publics variés : chefs d’entreprise et dirigeants politiques notamment.

De nouveaux défis pour Philippe Bohn, à la tête d’Air Sénégal

Aujourd’hui à la tête de la compagnie Air Sénégal, avec Jérôme Maillet en numéro deux chargé de  l’investissement et de la stratégie, il est revenu sur les problématiques rencontrées par la compagnie et le continent africain.

Philippe Bohn aborde tout d’abord les questions politiques et économiques du Sénégal.

Pour le nouveau directeur de la compagnie aérienne Air Sénégal, le président du Sénégal Macky Sall a une approche logique, rationnelle et cohérente de son pays.

Le PSE (Plan Sénégal Émergent) a pour vocation de faire émerger économiquement le Sénégal en s’appuyant sur le modèle d’espaces économiques prospères comme l’Union Economique Européenne c’est-à-dire en donnant les moyens aux biens et aux personnes de circuler. Cette stratégie est le premier vecteur d’un développement économique, elle est à la base de tout échange, de tout commerce et de toute croissance.

Afin d’atteindre cet objectif, Philippe Bohn souligne que le président sénégalais Macky Sall est sur la bonne voie en développant les trois vecteurs essentiels : le développement des routes, du rail et de l’aérien. Cela est renforcé par la mise en place du nouvel aéroport Blaise-Diagne qui est le plus moderne du continent africain, avec une compagnie aérienne en complément.

Selon Philippe Bohn, Macky Sall considère aujourd’hui à juste titre qu’il y a une opportunité pour le pays de passer à la vitesse supérieure en repartant sur des bases solides qui constituent des points d’ancrage dans l’émergence d’un pays. En effet les routes de l’éducation, la circulation de biens et de personnes doivent être des objectifs dans des pays où les difficultés de transit et de circulation sont des blocages communs au continent. Le Sénégal n’échappe pas à la règle mais Macky Sall et les dirigeants d’Air Sénégal ont une approche cohérente.

Air Sénégal : une compagnie aux objectifs cohérents

 

Afin d’illustrer ses propos et d’appuyer ses arguments, Philippe Bohn explique que de nombreux pays souhaitant développer une compagnie aérienne nationale investissent du capital, utilisé pour les opérations, et se retrouvent en faillite au bout de trois ans parce que le gouvernement ne les aide plus financièrement.

Cette situation n’est pas celle d’Air Sénégal : sous l’impulsion du chef de l’Etat Macky Sall et du gouvernement, Jérôme Maillet (véritable génie de la finance selon les dires du directeur général de la compagnie Air Sénégal) et Philippe Bohn se sont lancés dans l’aventure d’Air Sénégal avec une stratégie. Ce n’est pas une dette d’investissement qui est créée mais une dette de fonctionnement. De plus, Philippe Bohn relève que le gouvernement est déterminé à construire une compagnie aérienne investie sur deux axes afin de permettre le développement de bases solides, prospères sur le long terme. La première stratégie est l’acquisition d’avions de qualité tels que les ATR72-600 et le 330 Neo. Le deuxième axe est de miser sur les vols intercontinentaux dans la mesure où les vols domestiques sont déficitaires.

La route Paris-Dakar est une des routes les plus rentables de tout le réseau mondial d’Air France, le Sénégal en développant ces vols pourra ainsi retrouver la plénitude de ses droits et de ses bénéfices en ayant une compagnie nationale prospère et compétitive.

Philippe Bohn place beaucoup d’espoir dans cette compagnie et fait preuve de confiance envers le Sénégal qu’il considère comme une vitrine publicitaire incroyable. En effet, le pays par sa stabilité politique n’a jamais du faire faire face à un coup d’Etat, c’est l’esprit de famille qui règne.

philippe bohn avion air sénégal

Philippe Bohn possède l’expérience nécessaire à Air Sénégal

L’expérience de Philippe Bohn à la tête d’Air Sénégal

Afin de s’assurer du bon développement de la compagnie Air Sénégal, Philippe Bohn relève cependant des erreurs à ne pas reproduire.

Il note tout d’abord que l’aérien est un métier d’humilité : la première erreur serait de croire que l’intelligence des nouveaux dirigeants est supérieure. Philippe Bohn rappelle que le domaine aérien est extrêmement concurrentiel, qu’il est le métier le plus normé du monde (avec l’industrie nucléaire) et qu’il est globalisé à l’international. Le domaine aérien est une question de compétences. L’aérien est le symbole de l’ouverture, de la circulation et des échanges. La compagnie Air Sénégal ne peut ainsi pas être un outil nationaliste replié sur elle-même.

De plus, les niveaux d’engagement financier doivent être à la hauteur des ambitions affichées par les gouvernements. Philippe Bohn rappelle que les coûts en Afrique sont différents : certains coûts de construction sont plus importants, le fioul est plus cher et pour permettre un véritable développement il faut savoir mettre les moyens.

Les enjeux pour la compagnie Air Sénégal sont donc de taille mais l’expérience, la volonté et la détermination de Philippe Bohn devraient largement permettre de relever ces nouveaux défis.